Accueil > Le domaine > Histoire

Histoire

Le premier château, situé sur un ancien fief du Moyen âge, est celui de Petimus. Il était situé en contrebas du château actuel.

Un des premiers possesseurs connu est François de l’Hospital en 1620.

JPEG - 811.1 ko

Il ne reste plus sur place qu’un seul témoin des siècles passés : la chapelle construite par Claude Le Picard en 1670, qui fut conservée pour servir de sépulture particulière.

En 1887,le prince Joachim Murat, 5ème du nom, marié à Cécile Ney d’Echingen (arrière petite fille du Maréchal Ney) acheta au Baron Camont de Valence et à Marie de Beaumont les anciens domaines de Petimus et d’Evosseaux. Il fit démolir le château de Petimus et construire tout près des ruines l’actuel château par les architectes Blondel et Langlois. Le parc à l’anglaise fut dessiné par le paysagiste Duchene en vue d’en faire un paysage romantique. De nombreux artisans de Chambly contribuèrent à cette réalisation.

Le Prince Murat, passionné de chasse à courre possédait un équipage de grande qualité qui avait pour nom, le Rallye de Chambly.

JPEG - 685.7 ko

Le Prince et sa famille vivaient dans le château. Les grandes écuries abritaient les chevaux d’attelages et les voitures, les communs, construits en 1896, logeaient le personnel et le petit haras (aujourd’hui centre équestre) servait de haras d’élevage de chevaux de courses. Le chenil comprenait alors une meute de 40 chiens.

Grand amateur d’élevage, le Prince a imposé un élevage de plus de 150 têtes de moutons, dans cette région où cette pratique est peu commune. Il fit même venir un troupeau d’autruches d’Afrique du Sud.

Des maisons de gardiens furent construites dans le Parc. Elles accueillaient des familles entières dévouées au domaine et au Château. Le gîte des 3 Chênes était autrefois le pavillon du garde chasse.

JPEG - 431.5 ko

Pendant la première guerre mondiale, dès 1914, la grande salle des attelages servit d’hôpital de campagne (hôpitaux auxiliaires n°38 et 26). Les bâtiments furent aménagés en plusieurs dortoirs de plus de 150 lits chacun.

A plusieurs reprises, des cérémonies de décorations furent organisées pour récompenser les soldats du front. Le Prince Murat venait accueillir les ambulances militaires et saluait les blessés.

JPEG - 181.9 ko

Il fallait alors plus de deux ou trois heures pour rallier Paris par les routes pavées, où étaient acheminés les blessés les plus gravement atteints.

Le château fut occupé par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale puis fut abandonné et pillé jusqu’à ce que M. Simonet (voir photo ci-contre) le rachète et commence à le rénover en 1977.

Depuis le château appartient à sa descendance.

Pour voir plus de photos, feuilletez notre livre interactif !